FILM PHOTOPOLYMERE JOOP STOOP STELLAPRINT

 

 

Un film photopolymère est constitué de trois éléments : une résine photosensible et deux pellicules plastiques de protection (mylar) qui la prennent en « sandwich ». Il est destiné à être laminé sur un support pour obtenir une plaque photosensible. Deux techniques ont été développées utilisant ce matériau : la technique sans morsure (intaglio-type) et la technique avec morsure. Dans la première, que nous allons présenter, c’est la couche de polymère qui sert de matrice imprimante (le support n’est pas transformé et peut être réutilisable après dissolution du polymère). Dans la deuxième technique, la couche de polymère isole le support (cuivre, zinc, acier, etc…) de la morsure chimique.

Notre film photopolymère StellAprint a été développé pour la technique sans morsure. La couche de polymère offre une profondeur possible de gravure de 50 microns. Il peut être laminé sur pratiquement tout support plat et non poreux (métal, plastique, pierre, etc…). Dans notre présentation, nous le laminerons sur planche plastique d’une épaisseur de 0,5mm.

Le film photopolymère est sensible au rayonnement Ultra-Violet entre 300 et 400 nm (lumière du soleil, ampoules UV comme Osram Ultra Vitalux ou Philipps HPR, ou tube fluorescents actiniques comme dans l’unité d’insolation Joop Stoop UV-EXP-A3). La résine photopolymère « durcit » lorsqu’elle est exposée aux UV et toutes les zones protégées par un élément opaque resteront solubles  dans le bain de développement (un mélange d’eau et de 1% de soude pulvérisée). Le film photopolymère offre donc la possibilité de créer une matrice gravée d’après une dessin sur calque transparent ou d’après une impression numériqe sur film transparent : les zones du film photopolymères situées sous le dessin lors de l’insolation restitueront un creux après le développement.

 

Il est à préciser que la technique ne nécessite pas de travailler dans un espace en lumière rouge comme les labos photo. Le travail doit simplement se conduire relativement rapidement et à l’écart de toutes lumières extérieures directes.

 

Le processus en images. Le cas du laminage sur planche plastique :

 

découpe du film StellAprint reserver le film dans emballage opaque préparation de la planche plastique

-Sortir le film StellAprint de son emballage, positionner le support qui sera utilisé (comme gabarit) et couper un morceau de film avec une marge de quelques centimètres.

-Réserver le film dans un emballage opaque.

-Appliquer de l’alcool sur la surface de la planche plastique qui recevra le film polymère (il s’agit de dégraisser le support. Ne plus poser ses doigts ou tout autre corps gras dessus). Le manipulation sera la même pour les autres types de support.

 

incision du mylar de protection pelage du mylar humidification du film et du support

-Inciser la pellicule mate de protection du film (à l’intérieur dans le rouleau d’origine).

-Peller le mylar de protection pour mettre à nu le polymère.

-Vaporiser de l’eau sur le polymère à nu ainsi que sur la planche plastique.

 

application du film passage de la raclette sur le film passage sous la presse

-Positionner le film sur la planche plastique.

-Vaporiser de l’eau à nouveau pour lubrifier le passage de la raclette en caoutchouc du centre vers les bords et chasser l’eau entre la planche et le film.

-Passer sous presse après avoir recouvert la planche filmée d’un matériau très lisse et très propre (4 feuilles de films de montage polyester dans notre cas) puis une feuille de papier journal (pour transférer une pression uniforme).

 

découpe de l'excédent de film séchage après le laminage Dessin à la gouache sur un calque polyester

-Découper au cutter l’excédent de film sur les bords.

-Chauffer au sèche-cheveux pour lier ensemble le polymère et la planche (ou laminer la veille).

-Préparer votre dessin ou votre document numérique (dans notre cas, un lavis de gouache noire sur calque polyester).

 

découpe de la planche laminée à la guillotine à papier Mise en place de la trame d'aquatinte

-Laminer sur plastique permet de recouper facilement la planche au format voulu.

-Insolation de la trame d’aquatinte dans l’unité d’insolation UV-EXP-A3.

 

Quelques précisions sur la trame d’aquatinte :

La trame d’aquatinte est un film constitué de points noirs répartis aléatoirement imitant le grain produit par dépôt de résine ou pulvérisation d’une aquatinte acrylique. Elle est  exposée avant l’insolation du dessin (la planche n’est pas développée entre les deux expositions !). Le grain apporté par la trame sera conservé dans les zones correspondant au dessin et sera annulé dans les zones non couvertes. Sans trame d’aquatinte, les zones de dessin seraient crevées.

 

Mise en place du dessin pelage du deuxième mylar de protection developpement eau + soude 1%

-Insolation du lavis de gouache sur calque polyester (la face dessinée en contact avec la planche).

-Peler le mylar de protection.

-Développer pendant 9 minutes dans un bain de 1% de soude pulvérisée dans de l’eau à température ambiante (à préparer la veille pour obtenir un produit correctement dilué).

 

rinçage à l'eau après le développement Rinçage final à l'eau et au vinaigre blanc le plaque est épongée entre deux feuilles de papier journal

-Rincer dans un bain d’eau après les 9 minutes de développement.

-Rincer finalement sous un robinet tout en vaporisant une solution d’eau à ¾ et vinaigre ¼  pour stabiliser le polymère.

-Éponger entre quelques feuilles de papier journal.

 

Post exposition de la plaque sous les UV encrage de la plaque à l'encre Akau Intaglio Tirage de la plaque StellAprint 

-Post exposition de la planche sous les UV  pour fixer l’entière couche de polymère.

-Encrage et essuyage similaires à la méthode traditionnelle. Ici, utilisation de l’encre Akua Intaglio soluble à l’eau.

-Tirage.

 

 

Impression d'une plaque StellAprint

 

Pour toutes vos question sur le Film Photopolymère Joop Stoop StellAprint, n'hésitez pas à nous contacter!

JOOP STOOP 2018