Recherche dans le blog

  • Idées de cadeaux
  • Kit gravure & impression lino
  • Kit tampons à graver
  • Kit impression relief pour enfant
  • Kit tampons MasterCut
  • affiche

Échange avec Émilion - Émilie Aizier et la kitchen lithographie

10/05/2021 - Entre deux impressions

Qui est Émilie Aizier ? Qui est Émilion ?

D'une manière générale je suis artiste, formatrice & éditeure spécialisée dans le domaine de l'impression d'art DIY. Émilion est un nom d'artiste avec lequel je signe en général mes estampes. Mon univers artistique est souvent peuplé d'histoires, d'arbres, de forêts et d'animaux. Née dans Les Vosges à Épinal,  j'y ai fait mes études artistiques à l'école supérieure d'art. J'ai entamé par la suite un petit tour de France d'une dizaine d'années et découvert maints ateliers de gravure, typographie, sérigraphie et lithographie... J'avais envie d'une gravure moins toxique et faute de matériel et d'atelier, j'ai inventé la Kitchen Lithographie en juin 2011.
Peu après, j'ai créé ma micro-entreprise "Atelier Kitchen PRINT" d'édition de manuels et de formation (à domicile et externe) d'impression d'art DIY en 2013.
Désireuse d'un retour aux sources, je suis revenue à la cité des images en 2017. 
L'Atelier Kitchen Print est une auto-entreprise qui a pu éclore et perdure encore grâce au soutien de mes proches mais aussi à celui des amateurs & passionnés par l'estampe qui financent une partie de mes recherches en achetant mes publications.

Qu'est ce que la lithographie pour vous ?

La lithographie d'une manière générale est une technique planographique, un procédé d'impression à plat qui tolère mal tout relief de la matrice pour la bonne raison que l'encrage se fait à l'aide d'un rouleau en caoutchouc.
À la base, c'est Aloys Senefelder qui l'a inventé vers 1796.
On imprime grâce à la forte répulsion chimique qui existe entre l'eau et les corps gras. Le rouleau est enduit d'encre grasse et la planche (la matrice avec le dessin) est humidifiée en permanence avec de l'eau. Les zones du dessin sont des zones sèches et/ou grasses qui vont accueillir l'encre du rouleau. 
Autour du dessin, la zone a été rendue hydrophile grâce à l'action d'un acide (le cola en Kitchen Litho par exemple). L'eau stagnant sur les zones vides de dessins, quand on passe le rouleau d'encre dessus, ces zones restent blanches, l'eau refusant la graisse. Par contre, les zones dessinées qui sont grasses (ou sèches, ou encore hydrophobes) sont réceptives à l'encre. La lithographie d'art et artisanale est une technique d'impression plus rapide que la gravure mais plus lente que la sérigraphie d'art.
Chaque technique à mon sens peut être utilisée en fonction de ses projets, de sa destination...

Pouvez-vous nous parler de la genèse de la technique de la kitchen litho ?
Un deuxième volume de votre ouvrage "Kitchen Litho", pourquoi ?

En réalité, le deuxième volume est en quelque sorte celui qui devait être le premier au départ car j'ai commencé avec des plaques rigides d'aluminium. Mais un dimanche, je me suis trouvée en pénurie de plaques.
Alors, je me suis rendue dans mon laboratoire, autrement dit : dans ma cuisine... Et j'ai trouvé un rouleau de papier d'aluminium ! Très rapidement, j'ai réalisé que faire de la Kitchen Litho sur des feuilles d'aluminium achetées en supermarché était une manière peut-être plus simple pour commencer la lithographie. Les premiers essais se soldent souvent d'échecs quand on apprend tout seul et de pouvoir refaire un essai rapidement sur un petit bout d'aluminium aide à progresser. Et puis surtout, j'ai découvert des choses nouvelles et impossibles à faire avec une plaque rigide. Le deuxième volume est arrivé quelques années plus tard, une fois le tour réalisé avec les feuilles d'aluminium. J'ai trouvé, comment allez plus vite, moins cher et/ou de manière moins toxique. La boucle était bouclée.

Il y'a t'il des groupes de "kitchen lithographe" ?

Il existe des ateliers où on pratique et on expose la Kitchen litho comme la gravure et d'autres techniques aussi, ce sont la plupart du temps des ateliers d'écoles et d'universités d'art dont les enseignants font découvrir la technique à leurs élèves. Il y en a en Turquie, en Croatie, en Argentine etc.
Comme la gravure, la Kitchen Litho est faite pour créer ses propres images et la création demande de la concentration et de la réflexion, c'est un travail assez solitaire en somme. Mais elle est aussi une flèche en plus à l'arc des graveurs stampassins doté (ou non) d'une presse à taille-douce.
Le principe même de la Kitchen Litho est justement sa possibilité d'être pratiquée en atelier de gravure personnel mais aussi collectif. Je propose des solutions permettant de partager la presse sans avoir à changer la pression quand on imprime sa Kitchen Litho par exemple. Et puis on peut partager la même encre à taille-douce, la Kitchen Litho est très sociable donc !
La Kitchen est une technique qui s'intègre aisément dans l'atelier de gravure.

Joop Stoop est partenaire de votre biennale. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Afin de mettre en valeur les artistes se donnant la peine d'imprimer de belles images en Kitchen litho et de mettre en valeur leurs résultats, j'ai créé le concours à l'époque appelé "Kitchen Litho Contest" en 2015. Il s'agit de montrer au public que cette technique est destinée à l'impression de véritables impressions d'art destinées à être exposées et non à amuser la galerie.
Car c'est un jeu sérieux !
Ce concours au départ réservé à la technique de la Kitchen Litho a été ouvert aux autres techniques d'impression d'art en 2019 et s'est transformé en "Kitchen PRINT Biennale, l'estampe faite maison".
Elle a vocation à faire se rencontrer et mettre au défi les Kitchen lithographes et plus généralement les graveurs du monde entier.
Cette Biennale est une aventure collective et associative non officielle.
L'entrée est faite sur dossier mais chacun peut proposer sa participation et aucun frais n'est demandé.
On y découvre des artistes professionnels et amateurs venant de différents pays.
Ouvert depuis 2019 à toutes les techniques d'impression d'art, la Biennale réunit aussi des membres du jury internationaux et issus du monde professionnel de l'estampe.
Cette édition où JoopStoop est partenaire, rassemble plus de 80 estampes, cela est prometteur pour l'avenir de la Biennale.

Quelle encre de chez Joop Stoop conseillez-vous our cette pratique ?

Bien que je sois orientée DIY et moins toxique, je recommande vivement l'utilisation des encres traditionnelles (professionnelles) pour leurs grandes qualités d'impression et de conservation dans le temps.
Sans hésiter les encres à taille-douce de la marque JoopStoop "JS" sont parfaites pour la Kitchen Litho, mais aussi bien sûr pour la gravure.
Il y a des couleurs superbes comme le "Rouge chaud" par exemple.Les encres spéciales lithographiques sont aussi idéales pour la Kitchen Litho en général.
On travaille parfois son encre avec de l'huile pour la gravure ou on la mixe avec un peu d'une autre encre plus fluide ou plus visqueuse pour la rééquilibrer si nécessaire.